Un canal au ROI infini

Direction le marketing direct et ses préjugés

Vous le savez, on parle souvent des données 1st-party ici. Pourquoi ? 

Parce que la connaissance client est le levier qui permet de tenir sur cette longue course qu’est le e-commerce.

On peut bien vivre du CA généré sur les marketplaces, mais au delà de la commission, elles vous privent d’un atout très très précieux : la donnée client.

Alors que vos propres opt-ins adressables, c’est un capital riche et enrichissant.

Alors pourquoi les budgets liés à la communication directe avec le client sont-ils si faibles ?

Pourquoi les budgets d’acquisition sont-ils encore 10 à 20x plus importants que les budgets CRM ?

Ce « pourquoi », j’y reviendrai prochainement.

En attendant, ce qui m’intéresse, c’est de dégommer des préjugés : 

– Non, la marketing automation ne se résume pas à un email d’abandon panier.

– Non, l’envoi groupé à la Terre entière n’est pas le seul moyen de communiquer en post-achat.

– Non, la personnalisation ne se résume pas à savoir utiliser le champs {First_name } (avec un espace sinon il va essayer de le raccrocher à la data).

La liste de ces préjugés est longue comme le bras. 

Je pourrais passer 1h à vous en parler.

Pour démontrer qu’il y a un sujet et une rentabilité.

Je connais encore peu de canaux qui ont des ROI aussi élevés tout en cultivant l’image de marque sur le long-terme.

Car oui, le marketing direct est un joueur qui se place aussi bien en défense qu’en attaque. 

C’est aussi un excellent gardien.

L’avoir dans son équipe, c’est sauver un nombre de balles considérable, et marquer des points. 

D’un côté, les GAFA et les problèmes de tracking qui empirent avec le temps.

De l’autre, des technologies API-first qui permettent même d’envoyer un courrier papier directement chez le client dès qu’il passe un certain statut. 

(Exemple d’activation : à la 3ème commande, ou passé 2x votre LTV habituelle, vous envoyez un petit courrier sympathique. Ambassadeur garanti à la clé)

Loin de moi l’idée de les confronter.

Au contraire : 

L’idée c’est de faire 1 + 1 = 3

Alors, vous en êtes ?

Si oui, ou même si vous avez encore des préjugés sur le sujet, j’en ai discuté avec les équipes de Marketing 1by1. Le live replay est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.