1 mois d’iOS 15 🎊

A la différence d’iOS 14, on a l’impression qu’il est arrivé dans une indifférence assez généralisée chez les pros de l’email marketing.
Est-ce qu’ils avaient raison ? (de s’en caler?)

Pas si sûr.

Déjà, la première étape était de connaître la position de son ESP sur le sujet.
• Certains filtrent, et donc, il ne faut pas « retoucher » ses chiffres.
(coucou Sendinblue)

• D’autres laissent en « brut », et donc, il faut « estimer » la part des utilisateurs iOS impactés dans ses destinataires, ce qui laisse plus de libertés
(coucou Klaviyo)

Ensuite, on voit que certains ont gardé des trames de triggers basés sur les opens.

Dans le contexte, chez Make Sense For Digital, on continue d’abandonner cette pratique.

Déjà avant, c’était assez théorique comme pratique : certains webmails faussaient déjà en partie les opens.

Toujours est-il que nos boîtes ne désemplissent pas d’emails plus ou moins savamment envoyés.
#emailmarketingnotdead

iOS 15, c’était l’occasion de se replonger :

• sur certains tableaux de bord vieillissants,
• dans d’autres opportunités business (car l’email reste sous exploité, trop souvent)

Mais les habitudes ont la vie dure. On a souvent juste vu des « patchs » anti-iOS 15.

A quand plus de personnalisation, de segmentation, plus d’A/B tests de flows, et de réflexion sur le contenu ?

So many opportuités laissées sur le bord de la route…

Entre RGPD et les coûts d’acquisition qui montent plus vite que le cours du bitcoin… :
Réaliser que sa base mail, c’est un capital immatériel hyper précieux pour son business 𝐄𝐒𝐓 un game changer.